Taavi Suisalu — Maastikud ja portreed

Re-Thinking content(-first)

Afin de mieux connaître la direction de son projet, et plus tard, savoir quoi designer, il est important de travailler en content-first, cela consiste à d’abord définir le contenu avant quoi que ce soit. Ces premières semaines ont donc étés consacrés à la recherche et la rédaction du contenu. Avant de rédiger le contenu, il faut savoir ce qu’est le contenu. Il faut donc se poser la question “qu’est-ce que sera mon projet”. Pour bien répondre à quoi, il faut comprendre pourquoi. J’ai alors entamé un long processus de réflexion sur le sujet afin de connaître les vraies raisons qui me poussent à faire ce projet. C’est un exercice fastidieux qui demande du temps d’être 100% honnête envers soi.

Avant de rédiger, organiser

Avant de faire quoi que ce soit, j’ai organisé le contenu avec un Whimsical et un google sheetafin d'y voir plus clair. Après tumultueux changements, j’ai organisé mon projet en deux parties. Premièrement, la partie rédaction, les motivations et la manière dont j’ai créée le site génératif. En deuxième lieu, le fruit de mon projet, le site génératif en lui-même avec le contenu, le style, la mise en forme généré. Afin de me faciliter la tâche, j’ai fait un inventaire de contenu.

Rédaction

Durant ma rédaction, j’ai dû me poser plusieurs questions. Tout d’abord, il m’a fallu prendre connaissances de mes réelles motivations. En découle d’autres questions.

Qu’est-ce qui m’a amené dans cette direction ?

Quel est le message que je veux faire passer ?

Qu’est-ce qui m’a plu dans le principe de faire générer un site ?

Ensuite, pourquoi est-ce qu’un site génératif peut être bénéfique ?

La partie la plus compliquée durant cette phase est de savoir exprimer ce qu’on pense, ce qu’on veut dire. On essaye d’être le plus clair, de prendre des exemples. On a alors l’impression d’avoir un éclair de génie, enfin réussir à mettre des mots sur une idée. Malgré tout, il n’y a rien à faire, le lendemain, on comprend différemment. C’est une réflexion qui doit murir et un processus à itération. Il faut alors mieux formuler. Durant ces deux semaines, je pense avoir rédigé 5 ou 6 fois mon contenu. Au début, mes intentions n’étaient pas claires, après il a fallu reformuler, trouver des exemples plus pertinent. Durant cette phase de rédaction j’ai aussi pu m’enrichir sur le sujet que je traitais, apprendre de nouvelles choses et découvrir le principe d’Ernebnis.

Next steps

Qu’y a-t-il ensuite ? Tout d’abord j’aimerais boucler pour de bon la partie “pourquoi” de ma rédaction et m’assurer d’avoir fini une partie du travail. De cette manière, lorsque j’aurais fini le site génératif, il ne me suffira qu’à injecter le contenu. L’étape consistera à réfléchir au comment. Encore une fois, le comment implique beaucoup d’autres questions.

Probably busy creating unmeaningful design experience…

Probably busy creating unmeaningful design experience…